« L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique du travailleur. Il doit notamment : fournir gratuitement au travailleur tous les moyens et équipements de protection individuels choisis par le comité de santé et de sécurité conformément au paragraphe 4° de l’article 78 ou, le cas échéant, les moyens et équipements de protection individuels ou collectifs déterminés par règlement et s’assurer que le travailleur, à l’occasion de son travail, utilise ces moyens et équipements » (art. 51.11, LSST)

 

 

Depuis le 8 avril 2021, le port du masque médical (de procédure) est obligatoire en tout temps à l’intérieur dans les milieux de travail. Cette mesure a été mise en place afin de contrer la recrudescence des variants de la COVID-19 et de limiter au maximum leur propagation. Les masques artisanaux et couvre-visages ne répondent aucunement à cette directive. Mais comment s’y retrouver alors que différents types de masques sont accessibles sur le marché? Lequel offre une protection adéquate? Lequel est permis?

François Granger, ingénieur, agronome et conseiller expert à la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, répond à ces questions et explique les principaux éléments en lien avec le port du masque :

  • Les mesures de prévention de base
  • La hiérarchie des mesures de prévention
  • Les variants
  • Les exceptions au port du masque
  • L’efficacité du masque
  • Les types de masques autorisés et les normes de conformité
  • Les autres appareils de protection respiratoire

Voir la présentation de la CNESST sur le port du masque en continu dans les milieux de travail.