La CNESST a publié les résultats de son enquête en lien avec le décès accidentel de Steven Bertok-Bellemare, le 13 août 2019, abatteur manuel pour l’entreprise Lauzon–Produits de bois exclusifs, alors qu’il œuvrait dans un boisé près de Lac Cayamant, en Outaouais. Le travailleur est décédé après qu’un arbre ait chuté sur lui, le coinçant contre un tronc d’arbre déjà abattu.

Dans son rapport d’investigation, la CNESST rappelle les principales mesures pour éviter les accidents liés à l’abattage manuel d’arbres :

  • Procéder à une analyse de l’arbre et de son environnement
  • Planifier une sortie de secours
  • Bien estimer l’épaisseur de la charnière lors de la coupe de l’arbre
La CNESST rappelle également aux employeurs les responsabilités qui leur incombent relativement à la maîtrise des compétences acquises par les travailleurs qui doivent effectuer le travail. Elle renvoie notamment au Règlement sur la santé et la sécurité dans les travaux d’aménagement forestier qui, à son article 31, précise que :
  • « tout arbre dont le trait d’abattage est commencé ne doit jamais être laissé debout » (2e alinéa)
  • « tout arbre qui est retenu dans sa chute ne doit jamais être laissé debout ni tronçonné » (3e alinéa)

 

Voir le communiqué de presse

Animation (libre de droits)

Photo (libre de droits)

Visiter le site de la CNESST pour plus d’informations sur les techniques d’abattage manuel.

 

Source : CNESST