La CNESST a publié les résultats de son enquête en lien avec le décès accidentel d’un travailleur agricole, le 21 février 2019, sur un terrain de l’entreprise Kebaowek Land Management dans le secteur de Témiscaming, en Abitibi-Témiscamingue. Le travailleur est décédé après avoir été happé par un cylindre hydraulique alors qu’il s’affairait à une réparer une ébrancheuse.

Dans le rapport d’investigation, on rappelle notamment les mesures permettant d’éviter ce type d’accident lors de travaux d’entretien et de réparation mécanique dans la zone dangereuse d’une machine ou d’un équipement mobile :

  • Appliquer une méthode de contrôle des énergies avant d’entreprendre tout travail dans la zone dangereuse d’une machine;
  • Former et informer les travailleurs ayant accès à la zone dangereuse d’une machine sur les risques liés aux tâches à effectuer et sur les mesures de prévention spécifiques à appliquer.

Par la loi, l’employeur est tenu de prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et assurer la sécurité et l’intégrité physique de ses travailleurs. Il a également l’obligation de s’assurer que l’organisation du travail ainsi que les équipements, les méthodes et les techniques pour l’accomplir sont sécuritaires. Les travailleurs doivent faire équipe avec l’employeur pour repérer les dangers et mettre en place les moyens pour les éliminer ou les contrôler.