Oh que ça sent bon le printemps et l’herbe coupée! Mais en période de coupe de foin et d’ensilage, les dangers guettent aussi sûrement que les maringouins en période estivale. Malheureusement, on ne peut pas les éloigner avec de l’antimoustique et les blessures qui peuvent survenir risquent d’être beaucoup plus regrettables qu’une piqûre de maringouin. Mais comment les prévenir?  En suivant la formule magique prônée par la CNESST : identifier-corriger-contrôler! Car un ensemble de facteurs peuvent interagir et se transformer en situation dangereuse lors de la coupe, du pressage, du transport et de la manipulation du foin. Vous devez donc commencer par identifier tous les dangers possibles lors de ces activités, notamment d’enroulement, de pincement, de coupure, d’écrasement, d’entraînement et de projection d’objets, sans oublier les risques liés aux équipements motorisés qui circulent souvent près de vos travailleurs.

Une fois l’identification des risques réalisée, assurez-vous d’apporter les correctifs nécessaires, à la suite d’une pondération hiérarchique de prise en charge, selon le degré de sévérité advenant un accident relié au risque évalué. Finalement, après avoir identifié et corrigé chaque risque, instaurez les mécanismes de contrôle appropriés pour vous assurer que les correctifs demeurent pertinents et efficaces. Les règles et procédures de sécurité doivent être respectées et une réévaluation des risques doit être effectuée à la suite de la mise en place des correctifs apportés.

Nous vous rappelons également un récent avis de la CNESST à l’égard de certains équipements non conformes et pouvant être dangereux sur les fermes, notamment un modèle de chariot élévateur Germain pour la manipulation des balles de foin.

 

Image : La Terre de chez nous