Avec le contexte de pandémie, le port du masque est devenu obligatoire dans la plupart des milieux de travail, particulièrement lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Or, cet équipement peut s’avérer inconfortable en contexte de travail à la chaleur. L’Institut de recherche Robert-Sauvé et santé et en sécurité du travail (IRSST) a étudié la question et son constat a été que le fait de porter un masque de procédure n’a pas pour effet d’augmenter de façon significative la température corporelle interne (contrainte thermique), d’autant plus que le masque ne couvre qu’une partie du visage et non tout le corps. Ainsi donc, l’incidence du port du masque en contexte de chaleur en milieu de travail serait minime (inconfort thermique seulement). N’empêche, lorsqu’on a chaud, on a tendance à vouloir retirer quelques couches et le masque ne fait pas exception à la règle. Les travailleurs pourraient donc être tentés de le déplacer pour avoir moins chaud, et par conséquent le porter de la mauvaise façon.

L’IRSST fait donc plusieurs recommandations afin de réduire le sentiment d’inconfort thermique pour les travailleurs, par exemple :

  • Opter pour un masque conçu avec un tissu qui favorise la respiration tout en étant efficace;
  • S’assurer que le masque est bien ajusté à la forme du visage afin de diminuer le sentiment d’inconfort;
  • Respirer préférablement par le nez et la bouche fermée lorsqu’on porte un masque;
  • Ne porter le masque que lorsque la distanciation physique n’est pas possible;
  • Changer le masque dès qu’il est humide (sueur, respiration) ou souillé.

Pour l’ensemble des recommandations, voir la publication de l’IRSST Y a-t-il un risque à porter un masque en contexte de chaleur en milieu de travail.

Cela dit, les coups de chaleur demeurent un risque en contexte de chaleur en milieu de travail. L’IRSST a également publié une liste de recommandations adaptées de la santé publique lors de chaleur extrême dans le contexte de la COVID-19.

 

Source : IRSST