Face à la hausse fulgurante de cas de COVID-19, tout particulièrement due à la présence du nouveau variant Omicron, beaucoup plus virulent, les autorités sanitaires se voient obligées de resserrer les règles afin de contrer la propagation du virus et de protéger les individus et un appel est lancé aux milieux de travail pour renforcer les mesures sanitaires. Ces règles s’appliquent à tous les milieux de travail qui sont tenus de s’y conformer, à défaut de quoi les entreprises s’exposent à d’importantes sanctions. Voici un rappel des mesures en vigueur depuis le 20 décembre :

  • Télétravail obligatoire lorsque possible
  • Port du masque de qualité en continu
  • Distanciation minimale de deux mètres entre les personnes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur

Heureusement, différents outils au soutien des employeurs sont disponibles pour les aider à se conformer à ces règles, notamment :

En ce qui concerne l’isolement des travailleurs adéquatement vaccinés, le gouvernement a récemment réduit la période d’isolement pour les personne ayant obtenu un résultat positif à la COVID-19 ou les cas suspectés. Le délai est passé de 10 à 5 jours, sous certaines conditions. Si celles-ci, en tout ou en partie, ne sont pas rencontrées, la personne doit poursuivre son isolement jusqu’au jour 10. Des autotests sont les outils actuellement mis à la disposition de tous (PCR étant réservés à certaines catégories de personnes) pour valider si une personne est positive ou non. Les principaux critères pour un retour au travail sont les suivants :

  • Amélioration ou disparition des symptômes
  • Absence de fièvre depuis au moins 24 heures

Les directives évoluent tout comme la situation. Des mises à jour sont régulières dans la Foire aux questions de la CNESST.

 

Image : Radio-Canada